jeudi 25 mai 2017

Quand sort la recluse

Fred Vargas

Flammarion, 2017



Où l'on retrouve avec plaisir l'univers singulier de Vargas...

Je ne vous apprendrai rien en disant que Fred Vargas possède un style bien à elle et que ses polars ne ressemblent à aucun autre. Et ce n’est pas son dernier opus qui me démentira.

Il me faut toujours un peu de temps pour entrer dans l’univers de Vargas. Comme à chaque fois, je me suis d’abord sentie un peu déconcertée par l’étrangeté des échanges entre les protagonistes, le caractère pour le moins surprenant et peu banal du modus operandi des crimes et la singularité du trait distinctif propre à chaque personnage. On retrouve ici le commissaire Adamsberg et ses énigmatiques associations d’idées, le commandant Danglard et sa légendaire érudition, soutenue par une mémoire hors du commun, la fidèle Retancourt dont l’impressionnante stature n’a d’égale que la finesse d’esprit, ou encore Mercadet, affligé d’hypersomnie, un handicap particulièrement épineux à gérer lorsqu’on exerce la profession de policier...

Mais, justement, avec ses personnages et ses dialogues, Vargas installe une atmosphère par laquelle on est happé presque malgré soi.
Cette fois, Adamsberg enquête sur une étrange affaire de morts par piqûres d’araignées recluses. Une affaire qui n’a au premier abord rien de criminel. Pour l’opinion publique, ces morts seraient plutôt une des conséquences de l’usage intensif de pesticides, qui rendrait ces petites bêtes plus agressives et accroîtrait la toxicité de leur venin. Pourtant, Adamsberg est travaillé par cette histoire, sans que sa brigade comprenne pourquoi. D’autant qu’un spécialiste lui démontre point par point qu’il est strictement impossible qu’une intention humaine puisse se cacher derrière ces décès. 
On n’apprendra que dans les dernières pages du livre pourquoi Adamsberg se montre si préoccupé par ces recluses. Mais avant de nous livrer les clefs de cette énigme, Vargas nous aura offert, outre un tableau très noir de l’humanité, de délicieuses incursions dans l’inconscient des héros de cette singulière intrigue. 
Une toile savamment tissée, qui m'a une fois de plus prise dans ses rets...


Papillon et Brize se sont également laissées prendre...


34 commentaires:

  1. Oh oui, c'est un très bon cru. C'est une auteure que j'aime de plus en plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis à chaque fois surprise d'aimer ! Mais le fait est que le charme opère toujours...

      Supprimer
  2. Toujours pas lu... Je n'ai jamais eu envie, et toujours pas... C'est bizarre :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, tiens !
      Bon, en même temps, je sais que tu n'es pas en mal de lecture... ;-)

      Supprimer
  3. Je suis comme Nicole, pas lu et ça ne m'attire pas du tout. Son passage à LGL ne m'a pas plus convaincue. Il est possible que je rate quelque chose mais peut-être qu'un jour je changerais d'avis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, j'ai aussi regardé son passage à LGL et il faut reconnaître qu'elle passe mal... Il y a des gens qui sont meilleurs à l'écrit qu'à l'oral ;-)

      Supprimer
  4. Encore un billet enthousiasmé sur ce titre ! Je vais l'attendre à la bibli, mais j'ai dû abandonner Adamsberg il y a déjà 4 ou 5 livres, j'ai peur d'avoir du mal à m'y retrouver maintenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non ! Les livres peuvent vraiment se lire indépendamment les uns des autres, ne t'inquiète pas !

      Supprimer
  5. J'ai lu tous ses romans.J'aime beaucoup et je viens de commencer hier celui-ci

    RépondreSupprimer
  6. Je pense que comme tous les Vargas, je l'écouterai.

    RépondreSupprimer
  7. Ah, c'est marrant parce que tout ce qui te prime abord te déconcerte est ce qui, d'emblée, m'embarque :) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais, au final, on en sort toutes les deux conquises !

      Supprimer
  8. 3è billet élogieux que je lis! Ahhh j'aimerais déjà l'avoir entre les mains!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas qu'il y ait ne serait-ce qu'une maison de la presse sur tout le territoire qui ne l'ait pas en stock ;-)

      Supprimer
  9. Toujours un plaisir de lire Fred Vargas... je lirai ce dernier roman, c'est sûr.

    RépondreSupprimer
  10. pas très attirée malgré ton billet... Peut-être en lecture de vacances?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut toujours une âme rebelle, c'est plus sain ;-)

      Supprimer
  11. je viens de le commencer, et je suis ferrée!

    RépondreSupprimer
  12. J'ai essayé trois fois Vargas et je n'y ai jamais trouvé mon compte. Difficile de savoir pourquoi mais c'est un fait, ça ne colle pas entre elle et moi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je peux très bien comprendre ça. Je suis moi-même toujours étonnée que ça fonctionne avec moi ;-)

      Supprimer
  13. Il faudrait que je me penche sur son cas un de ces quatre :) Je ne l'ai jamais lue et pourtant j'aime assez bien les polars de temps en temps!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, un bon polar de temps en temps, c'est excellent pour le moral !

      Supprimer
  14. Mais, je croyais avoir laissé un commentaire sous cet article... Je ne comprends plus rien !
    Bref, encore une réussite pour Vargas ! Quel bonheur de retrouver Adamsberg, dommage par contre que Danglard soit mis de côté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais Danglard est tout de même là. J'ai bien aimé cette confrontation entre les personnages.

      Supprimer
  15. J'ai tellement hâte de retrouver Adamsberg :-) Totalement irrésistible :-)

    RépondreSupprimer
  16. Je ne rate pas un seul livre de Fred Vargas !
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une belle lecture en perspective, alors ! Bon dimanche (en compagnie peut-être de Vargas ?)

      Supprimer