dimanche 21 janvier 2018

Sanguines

Sanguine, blog La bibliothèque de Delphine-Olympe

Pascale Pujol

Quadrature, 2017



Certains d’entre vous le savent - d’autres l’auront peut-être remarqué s’ils viennent régulièrement par ici - la nouvelle n’est pas un genre que j’affectionne particulièrement. D’ailleurs, pour tout vous dire, si je me suis tournée vers ce recueil, c’est parce que j’en connais l’auteure. Je la côtoie dans un cadre qui n’a rien à voir avec mon activité de blogueuse - ou très indirectement - et elle en ignorait tout lorsqu’elle m’a informée de la parution de son livre.

Douze textes composent ce recueil, variations autour d’un thème bien peu traité dans le champ littéraire. On peut même plus généralement le qualifier de tabou, réservé à l’intimité d’une relation mère-fille. Comme le laisse suggérer le titre, Pascale Pujol a en effet choisi de parler du sang menstruel. 
Sujet délicat s’il en est, il faut aller au-delà du premier mouvement de pudeur ou de répugnance qu’il peut provoquer pour découvrir ces textes. Il permet en effet d’évoquer bien évidement le corps féminin, les relations physiques autant que sociales entre les hommes et les femmes, mais l’auteure investit également les domaines plus inattendus et pourtant tout à fait pertinents que sont les champs économique (il faut vraiment être consultante en analyse économique et financière pour le faire !) ou artistique.

Pascale Pujol ne cherche pas à édulcorer son sujet. C’est vrai, une ou deux nouvelles peuvent provoquer le rejet - et j’avais d’ailleurs mis le livre de côté après avoir lu l’un des tout premiers textes. Mais je me réjouis d’avoir dépassé cette première réaction et de l’avoir repris, car il y en a aussi de fort sensibles ou d’assez amusants - et le sujet invite de fait à cette diversité de tableaux. 
En abordant son sujet selon différents points de vue, féminin aussi bien que masculin, interne au personnage ou par le biais d’un narrateur extérieur, dans des cadres sociaux variés, à travers des sphères aussi bien personnelles que professionnelles, mais en s'aventurant aussi du côté des légendes et des croyances qu'il a toujours fait naître, elle en dresse une géographie sensible et pertinente.

Mention particulière pour la nouvelle intitulée La coupe est pleine. Cette assemblée de cadres sup pleins de morgue pérorant sur la meilleure manière d’accroître la rentabilité de leur boîte en imaginant notamment écouler leur stock de protections féminines défectueuses auprès des populations les plus défavorisées m’a fait rire jaune... à défaut de me faire voir rouge ! Mais où va-t-elle donc chercher tout ça ?


12 commentaires:

  1. C'est très audacieux comme sujet. Je suis très curieuse de découvrir comment elle amène son sujet. Surtout par le biais de nouvelles. Bref, je tiens à le lire. Ne me reste plus qu'à le trouver... Pas évident, les éditions Quadrature n'étant pas distribuées au Québec...

    Par ailleurs, je lis enfin "Marx et la poupée", repéré chez toi. Un éditeur québécois a eu l'idée de le publier. Je me régale!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En numérique, s'il est dispo ? Sinon, je t'enverrais bien le mien, mais il est dédicacé... :-)
      N'est-ce pas que c'est extraordinaire Marx et la poupée! Une vraie merveille !
      C'est réjouissant, tout ça...

      Supprimer
    2. Possibilité de commander directement chez i6doc.com. Frais de port "léger".
      Sinon le livre est disponible en numérique (toujours chez I6doc.com (onglet Quadrature)

      Supprimer
  2. J'ai un essai à lire sur le sujet, mais qu'une romancière s'en empare c'est très bien ; je le note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La forme de l'essai - sociologique ou historique - est certainement plus courante. Pour ma part, c'est bien la première fois que je vois abordé ce sujet en littérature...

      Supprimer
  3. La nouvelle avec les cadres supérieurs est pour le moins féroce, en effet! Pas sûr qu'une entreprise ainsi dirigée soit viable.

    Un bon souvenir de lecture, quoique particulier vu le thème, pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même pour une femme, ce thème peut ne paraître évident, touchant au plus intime... D'où l'intérêt, en même temps :-)

      Supprimer
  4. j'en avais entendu parler (je ne sais plus où) un sujet peu évident mais qui touche beaucoup d'entre nous et ravie de voir que tu as lu des nouvelles :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce doit être mon côté première de la classe qui ressort ;-)
      Mais, oui, je trouve intéressant d'aborder ce sujet avec une approche littéraire.

      Supprimer
  5. Intéressant ! Moi j'aime bien les nouvelles et les bons recueils en littérature française ne sont pas si courants...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça vaut peut-être le coup que tu te penches sur son cas, alors...

      Supprimer